Internationaliser une franchise via une joint venture, pourquoi pas ?

Quand un réseau de franchise a trouvé ses limites dans un pays et voit dans l’exportation de son réseau un levier de développement, il se trouve devant un dilemme. A savoir, comment s’implanter ailleurs et sous quelle forme ?

1. Y aller en solo en restant maître à bord, en conservant la main mise sur l’application du concept mais en absorbant tous les coûts qui peuvent s’avérer vite budgétivore et chronophage.

2.  La master franchise où la tête de réseau délègue à un tiers le droit de développer sa marque et son savoir-faire dans un pays via un master franchisé sensé connaître le pays et donc faciliter l’accès. Le risque réside dans le fait de voir s’échapper le contrôle et d’avoir une application du savoir faire et du concept très éloigné.

3. La joint venture qui permet d’avoir un peu des deux options : en créant une société avec un tiers et en gardant via l’actionnariat un contrôle sur le développement. Mais il faut bien savoir que cette solution, peu utilisée par les réseaux comporte certes des avantages mais aussi des inconvénients.

La joint-venture : un statut open !

Cette forme de partenariat repose sur une forme contractuelle de mise en commun de capitaux dans la plupart des cas. Mais tout est possible, le but étant de créer une synergie où chacun apporte sa quote part qui peut être des capitaux ou une marque et un savoir-faire dans un secteur donné et surtout la connaissance d’un pays et de son fonctionnement commercial, juridique avec ses us et coutumes.

Une joint-venture est souvent limitée dans le temps et peut être considérée comme une coopération de démarrage où les risques sont partagés et la gestion commune et conjointe. C’est souvent une simple structure juridique et parfois un contrat de collaboration dans le cas d’un projet court terme au lieu d'une société pour une coopération long terme. Compte tenu du caractère libre et choix, il est prudent, au-delà des apports de chacun, d’établir des clauses de restrictions dès le début.

Les clauses recommandées pour une joint-venture

Après avoir défini les objectifs (exemple : 5 magasins dans les 2 ans) et les apports de chacun, il reste  à définir les modalités de mise en œuvre du fonctionnement comme les comités de pilotages réguliers.

Prévoir des clauses de retraits en cas de départ d’un partenaire, en cas d’événements extérieurs liés à l’économie ou la politique (parité de la monnaie par exemple) et définir clairement les moyens pour régler les conflits à l’amiable en désignant dès le départ un tribunal compétent.

Si cette option est loin d’être la première option des réseaux, elle présente des avantages certains. D’abord de pouvoir créer un réseau avec un opérateur local mais en gardant un contrôle en étant actionnaire de la société créée par la joint venture. Souvent le partenaire apporte les capitaux et le réseau de franchise un business model qui a fonctionné et fait ses preuves.
En tant qu’actionnaire de cette société, la tête de réseau cumule les redevances et les bénéfices engendrés par l’entreprise créée.

Pourtant les réseaux ont peu recours à cette forme de développement. Pourquoi ? à cause d’un problème de droit : il faut trancher quel pays choisir pour arbitrer en cas de litiges
certains étant plus ou moins favorables à ce type d’association. De plus le caractère incorporel du savoir-faire peut être vampirisé par le partenaire qui copie le modèle suivant ses normes et le développe tous azimuts.
La joint venture se situe entre le succursalisme et la master franchise et peut être un tremplin pour réussir dans un pays à condition de garder des prérogatives de poids dans l’application du concept au pays. Car tout le problème réside dans l’interrogation suivante : un concept réussi dans un pays X est-il exportable dans un pays Y compte tenu des us et coutumes de ce dernier. Mais comme dans la master franchise, le choix du partenaire est décisif : apport de capitaux bien sûr mais une excellente maitrise des  rouages administratifs, juridiques et commerciaux du pays et la volonté de créer un réseau à l’image.
Nous publierons volontiers des avis et témoignages sur le sujet.

Atelier du Franchise Business Club à ne pas manquer sur l'export d'une franchise

Le 27 janvier en mâtinée, un atelier sur la franchise export

Articles similaires

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 3 mois

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Les différents contrats de distribution

par Dominique Deslandes - 4 mois

Licence de marque, concession, franchise… Faisons la différence. Une licence de marque confère le droit, comme son no...

Comprendre la clause « d'exclusivité territoriale » en franchise

par ST - 6 mois

 Argument décisif pour attirer des adhérents à un réseau, l’exclusivité territoriale offre au franchisé la possibilité d’exercer le savoir-faire transmis par le franchiseur et d'utiliser la marque en n'ayant aucun con...

Informations clés

  • Crée le: 07/01/16 07:46

Les franchises qui recrutent