La restauration grand public, hors domicile, s'enrichit de trois franchises marocco-marocaine

La restauration grand public, hors domicile, constitue l'une des branches qui se développe le mieux sous la forme de franchise. Elle représente aujourd'hui 9 % des réseaux de franchise opérationnels au Maroc.

Dans ce marché, en constate ébullition, des concepts marocains s'adjugent la part du lion. Toutefois la restauration traditionnelle qui s'adresse à l'ensemble de la population, sans discrimination, se trouve aujourd'hui, confortée à la concurrence des franchises internationales, plus sélectives et ciblant des tranches de population spécifiques.

Ainsi donc, par exemple, Mc Donald's, Pizza Hutt, parmi les enseignes les plus actives sur le marché drainent la population des enfants (accompagnés le plus souvent des parents) et les jeunes appartenant plutôt à la CSP A et B (classes supérieures au Maroc).

Mais malgré tout la croissance des franchises dites « fast food », ce secteur enregistre des résultats mitigés : pour certains concepts, la sauce prend, pour d'autres l'échec a été au rendez–vous.

En effet, sur une douzaine d'enseignes qui se sont intéressées au Maroc, deux au moins ont dû rendre le tablier et quitter le marché : les américains SCHLOT ZLAY'S DEHI ET DAIRY QUEEN.

Dans cet environnement, Mr HSSISEN a osé lancé sur le marché trois nouvelles enseignes : KIOTORI (concept inspiré du Japon) Tsha – Tsha (concept d'influence espagnole) et  Pasha Solo (concept qui met en avant la pâte italienne). Après avoir expérimenté durant 20 mois son concept KIOTORI, il explique son succès par le fait d'avoir su satisfaire les attentes de la clientèle marocaine ciblée : répondre à besoin de vaincre la routine et d'aller vers l'autre … la recherche de diversité et d'évasion.

Pour offrir à ses clients l'impression le dépaysement et l'évasion, Mr HSISSEN a tout investi dans la décoration et la « Mise en ambiance ». Après un repas de 30 à 60 minutes au KIOTORI, le client est ravi d'avoir passé un bout de sa journée au Japon.

La première franchise KIOTORI, vendue à Rabat, a valu en droit d'entrée la coquette somme de 2 Millions de Dirhams.

Le succès de KIOTORI a enfanté le projet « Tsha – Tsha  : poisson d'Espagne » et Pasta solo  : pâte d'Italie » qui promettent d'attirer bien des foules et justifient des droits d'entrée tout aussi alléchants.

Mr HSISSEN affirme : « certes mon process est éprouvé. Mais pour mériter mes lauriers, je me dois sans relâches, auditer mes concepts, en terme de menus, de cadre, d'ambiance, d'animation et … de ressources humaines »  



Articles similaires

Multi-franchise ou Pluri-franchise, comment faire le bon choix ?

par HK - 12 jours

Le modèle de la franchise offre des opportunités de développement quasi infinies. Iil vous est possible de nouer un nouveau partenariat avec votre premier franchiseur et de devenir ainsi multi-franchisé de l’enseigne. Vous pourrez également faire ...

Le recrutement des franchisés se fait trop souvent à l'intuition

par jm/js - un mois

Le candidat idéal doit avoir tant de qualités que finalement le critère de différenciation sera lié à la relation qui s'établit entre franchiseur et franchisé. Évidemment un bon franchiseur a déterminé un profil type pour le recrutement des franch...

Histoire de la franchise : les bonnes idées mettent parfois du temps à s'imposer…

par DD/JS - un mois

Le mot franchise nous vient du moyen-âge. Des seigneurs accordaient à certaines villes ou professions des libertés ou des privilèges sur un territoire délimité mais le sens actuel en est assez loin.

Informations clés

  • Crée le: 20/07/06 02:00

Les franchises qui recrutent