La ministre américaine du Commerce préconise 4 réformes prioritaires de l’économie tunisienne

Le 5 Mars se tenait à Tunis la conférence internationale sur l’investissement et le partenariat qui réunissait de nombreux acteurs majeurs américains et tunisiens. Penny Prtizker la ministre américaine du Commerce a mis en avant les 4 points devant faire, à son avis, l’objet d’une réforme rapide de la part du gouvernement afin de dynamiser l’économie du pays.

Nous nous faisons l'écho de son analyse car ces quatre points ont un impact sur le développement de la franchise.

Réformes profondes :

1.    le code tunisien d’investissement est un labyrinthe byzantin - un héritage d'une autre époque et un régime fermé. La rationalisation, la simplification et la clarification du code des investissements inciteront à la création d'entreprises, faciliteront la croissance du secteur privé, favoriseront la compétitivité et enverront un signal fort aux investisseurs locaux et mondiaux pour investir dans le pays,

2.    le système bancaire de la Tunisie est pénalisé par un nombre excessif de prêts non performants, un autre héritage de la période prérévolutionnaire. Un système bancaire plus souple, tourné vers l’avenir est devenu primordial pour appuyer la création de nouvelles entreprises viables. Un effort de restructuration du  secteur bancaire permettra de  recapitaliser les banques publiques et favorisera aussi le développement des autres sources de financement. Cette réforme devra inclure une loi sur la faillite qui protège les preneurs de risques et permet de réduire au minimum les effets des faillites de manière à créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat.

3.    le système fiscal et douanier actuel de la Tunisie est imprévisible, inefficace, et beaucoup trop discrétionnaire. La Tunisie a besoin d'une structure fiscale et douanière transparente, fiable et moderne avec des tranches d'imposition équitables qui intègrent l'économie informelle dans l'ensemble du marché avec une vérification des comptes fondée sur le risque et indépendante des interférences politiques et autres et des procédures douanières efficaces. Ceci stimulera le commerce et les exportations et empêchera l'application discrétionnaire des règles.

4.    enfin, la Tunisie devra instituer des lois sur les partenariats public-privé qui offriront aux entreprises nationales et étrangères la transparence et la prévisibilité dont les entreprises nationales et étrangères qui comptent investir ont besoin, réduiront les formalités administratives pour les investisseurs internationaux et attireront des capitaux privés pour des projets nécessaires d'infrastructure.

Vu dans Leaders


Articles similaires

La Tunisie N°1 africain pour l'environnement entrepreneurial !

par ST - 10 mois

Selon le Global Entrepreneurship Index 2018, la Tunisie est le premier pays africain en matière de qualité de l’environnement entrepreneurial, révèle l’Indice global de l'entrepreneuriat (GEI). Cet indice particulièrement intéressant pour la franc...

Le cadre juridique de la franchise en Tunisie

par Ministère du commerce Tunisien - 10 mois

La franchise en Tunisie. Exposé du ministère du commerce tunisien au salon Tunis Medfranchise le 6 décembre 2017 La définition du contrat de franchise (article 14 de la loi n°2009-69) : C’est "un contrat par lequel le propriétaire d’une marqu...

Les défis et les freins de la franchise en Tunisie

par Dorsaf Maamer et Jean Samper - plus d'un an

La franchise en Tunisie connaît un regain d’activité à travers, dans un premier temps, l’implantation de franchises étrangères. Avant 2009, il n’existait pas de régime juridique propre à la franchise. La promulgation de la loi n°2006-69 du 12 août...

Informations clés

  • Crée le: 09/03/15 07:57

Les franchises qui recrutent