Le marché du soutien scolaire en Tunisie

Dans le pays, il existe deux alternatives pour accorder aux élèves des cours particuliers : le soutien scolaire dans l’établissement (Environ 4H par semaine pour une somme de 15 à 20 dinars par mois) ou « l’étude »  prodigué par les enseignants à leur domicile (le tarif varie de 25 à 200 dinars par mois. Cette somme varie d’un niveau scolaire à l’autre (primaire ou secondaire), en fonction de la matière enseignée et de la région).  

En Tunisie la part du marché du soutien scolaire est en partie occupée par les enseignants déjà en poste et qui assurent en plus de leur cours dans les établissements scolaire, des cours particuliers à domicile. Officiellement cette pratique serait légale mais sous certaines conditions, mais il semblerait que les enseignants ne les respectent pas.

L’État tire alors  la sonnette d’alarme et propose de  réorganiser ce secteur qui générait 30 000 d’emplois. L’objectif est de donner de l’emploi aux  chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur qui seraient au nombre de 240 000 en 2014.

Inciter la création de toutes petites entreprises

Bien entendu cette initiative n’est pas désintéressée puisque en créant des emplois, le chômage diminuera et la création de TPE engendrera des recettes fiscales pour l’Etat.   Transparence fiscale et légalité sont les deux leitmotive du ministère de l’éducation qui tente par cette approche de réorganiser le marché du cours particuliers. IL incite donc les chômeurs diplômés à créer des TPE sur tout le territoire tunisien et de dispenser des cours de soutien scolaire aux élèves, lycéens ou étudiants  faisant la demande. 

 Ces TPE devraient simplement répondre aux exigences d’un simple CAHIER DES CHARGES à élaborer par les services compétents des intervenants suivants : 
• Le Ministère de l’Éducation ;
• Le Ministère des Finances ;
• Le Ministère chargé de l’Emploi ;
• Le Ministère des Affaires Sociales ;
• Les Institutions Financières ;
• Les Associations des Chômeurs Diplômés, etc.…

Conséquence …

Outre la réduction du chômage des jeunes diplômés et l’augmentation des recettes de l’État, la création des TPE spécialisées en soutien scolaire permettra un jeu de concurrence qui  fera réduire le cout de ce service. D’autre part ce service à la personne offrira une aide significative pour la préparation aux concours nationaux comme le concours de la 6eme, 9ème, le baccalauréat…. .

Si le secteur du soutien scolaire vous attire, découvrez les enseignes qui franchisent en Tunisie.


Articles similaires

Les défis et les freins de la franchise en Tunisie

par Dorsaf Maamer et Jean Samper - 4 mois

La franchise en Tunisie connaît un regain d’activité à travers, dans un premier temps, l’implantation de franchises étrangères. Avant 2009, il n’existait pas de régime juridique propre à la franchise. La promulgation de la loi n°2006-69 du 12 août...

Les franchises étrangères en Tunisie

par Dorsaf Maamer - 4 mois

En Tunisie tous les secteurs sont totalement libres pour les franchiseurs tunisiens. Quant aux franchiseurs étrangers 26 secteurs d'activité ne nécessitent pas de formalités d'autorisation. Pour les autres secteurs il faut demander une autoris...

Quels sont les freins au développement de la franchise en Algérie ?

par Sonia Tajouri - 6 mois

Comme en Tunisie ou au Maroc, la franchise existe en Algérie. De nombreuses marques internationales se développent dans le pays où une centaine de réseaux sont déjà implantés, parfois encore très modestement il est vrai. On y trouve la franchise ...

Informations clés

  • Crée le: 25/11/14 00:12

Les franchises qui recrutent